"Ces peintures sont issues d’un instantané photographique où le drame s’installe et où l’artiste s’engouffre. L’image journalistique réinterprétée que l’on perçoit déjà dans les fusains présentés au Centre Culturel d’Oslo en 1990 se décompose et devient plus évanescente: les corps se fragmentent, se juxtaposent et se trouvent glorifiés d’un graphisme environnant, sorte d’encadrement commémoratif."

Bernard Bégouin

Extrait du catalogue « TENSION : icomages et paysages »

Musée de Libourne, mars-mai 2002