" Arlequins universels, patchworks dont les coutures ont été effacées par la grâce du pinceau- telles les cicatrices d’un lifting réussi ou les limites de fragments de visages assemblés sur écran, grâce au programme Photoshop, lors d’enquêtes criminelles-, ces têtes prêtes à toutes les appropriations ne ressemblent à aucune de celles que nous connaissons. Matrices démultipliées-clonées- d’un ordre nouveau, voici les figures lisses mais inquiètes de nos nouveaux états d’âmes."

Françoise Monnin
Artension n°36, july-August 2007